Aller au contenu principal
Voyage pittoresque et historique du Nord de l'Italie
Destination :
Forme :
À propos
Itinéraire :
Grand Saint-Bernard - Martigny - Sion - Sierre - Brieg - Simplon - Gondo - Domo d'Ossola - Feriolo - Isola Madre - Isola del Pescatore - Isola Bella - Stressa - Pallanza - Intra - Angera - Arona - Ranco - Lisanza - Sesto-Calende - Gallarate - Milan - Monza - Milan - Desio - Bovisio - Fino - Castel-Baradello - Come - Cernobbio - Moltrasio - Brienno - Comacina - Balbiano - Lenno - La Candanabia - Menaggio - Nobiallo - Bellano - Varenna - Pescale - Mandello - Bodia - Laorca - Lecco - Parete - Bellagio - Nesso - La Pliniana - Torno - Perlasca - Milan - Chartreuse de Certosa - Pavie - Castel-San-Giovanni - Plaisance - Borgo San-Donnino - Castel-Guelfo - Parme - Guastalla - Castel-Nuovo - Mantoue - Pietola - Virgiliana - Mantoue - Castel-Nuovo - Peschiera - Desenzano - Sirmione - Brescia - Bergame - Vérone - Vicence
Date :
du 6 juillet au 10 août 1806
Type :
voyage d'histoire d'art et de belles-lettres
Esthétique :
«Les voyages pittoresques ont toujours offert un grand intérêt à tous ceux qui ont vu les pays dont ils veulent donner une idée, en leur rappelant des souvenirs agréables du passé, qui ne laisse pas de nous paraître presque toujours beaucoup plus beau que le présent. Ces sortes de voyages peuvent en même temps suffir pour donner une juste représentation à ceux qui n'ont pas pu trouver le temps de les parcourir. Un tel ouvrage sur le Nord de l'Italie manquait: il devient d'autant plus nécessaire, que beaucoup de personnes, même des artistes d'un rang distingué, ou n'ont point du tout vu cette partie si intéressante de l'Italie, ou l'ont parcourue d'une manière si rapide et si vague, qu'à peine leur en reste-t-il le souvenir [...] L'architecture proprement dite n'a pas été l'unique but de mon voyage; et si j'en parle, ce n'est que comme accessoire [...] Des fabriques intéressantes comme monuments historiques, des couvents, des palais, des châteaux, des ruines, font presque toujours partie de mes vues, sous le rapport pittoresque. Ils me fourniront en même temps une ample matière pour enrichir mon texte de notes, non-seulement importantes pour les savants, mais encore instructives pour l'artiste jaloux de prouver que la théorie doit toujours donner la main à la pratique. Mon texte sera historique et explicatif, et j'y ajouterai différentes notices principalement relatives aux Beaux-Arts, à l'agriculture et aux manufactures»(1-3).
«Les sentiments dont je viens de peindre l'attrait, ne peuvent qu'être communs à tous ceux à qui la belle nature et les Beaux-Arts inspirent cet intérêt particulier, qui seul peut être dicté par le sentiment. Je crois, sans trop d'amour-propre, pouvoir joindre mon nom à celui de ceux qui contemplent avec enthousiasme un tableau que le génie de l'artiste a plutôt créé que peint, et qui, sensibles aux beautés toujours renaissantes de la nature, les retrouvent à chaque pas qu'ils font sur la surface du globe [...] Je chercherai sur-tout à mériter, par la simplicité de mon récit, la confiance entière de mes lecteurs: c'est le seul but que doive se proposer d'atteindre l'homme qui aime la vérité, et qui sait distinguer ce qu'il a vu de ce qu'on lui a dit»(5).
Références bibliographiques
Lieu :
Paris
Année :
1820
Editeur :
chez l'auteur
Nombre d'exemplaires :
VIII-68 p.
Format :
in-fol.
Annexes :
pl.