Aller au contenu principal

Astrolabe

 

Bienvenue dans la revue Astrolabe, actuellement en cours de TRAVAUX suite à la migration de son site.

Astrolabe est une publication en ligne du Centre de Recherches sur les Littératures de Voyage (CRLV). Elle constitue l'un des éléments de la politique de publication du CRLV complémentaire de la revue électronique Viatica qui, de son côté, a pour objet l'exploration de nouveaux champs de la recherche dans le même domaine. Créée en 2005, Astrolabe accueillait des comptes rendus de lecture et des articles de chercheurs, en collectant des textes inédits avec la vocation de rendre compte de l'actualité de l'édition et des travaux consacrés au genre viatique. En 2020, Astrolabe devient un socle de publications en ligne pour étudiants (sélections de mémoires de masters, actes de Journées d'études de jeunes chercheurs, programmes d'agrégations liés aux voyages, etc.) et pour chercheurs (éditions critiques numériques, actes de colloques et de journées d'études mis rapidement en ligne, workshops, etc.). Les propositions de numéros sont adressées au comité d'Astrolabe par le biais du site du CRLV et via l'onglet « Contact ».

Le Voyage immobile (décembre 2020)

Que l’auteur voyage autouvoyage_en_chambre.pngr de sa chambre (Xavier de Maistre) ou s’évade en pensée en des contrées lointaines, l’enfermement semble avoir joué un rôle dans l’élaboration des récits de voyages immobiles. Parfois, un simple bout de ciel bleu aperçu « par-dessus le toit » permet à l’auteur (Paul Verlaine) d’échapper à sa condition. Les jours de navigation sans vent donnent lieu alternativement à des « rien à signaler » journaliers ou au contraire à des grandes envolées méditatives (Journal aux Indes orientales de Robert Challe).

De son exil anglais, le poète Charles d’Orléans regardait « vers le païs de France » et sa « doulce plaisance ». Que penser de Du Bellay, harassé de tâches domestiques à la cour de son oncle cardinal, qui prend à rebours le mythe odysséen et rêve de rester immobile chez lui ? Parmi tous les arpenteurs d’imaginaire et d’inconnu, les voyageurs immobiles choisissent leur parcours, mais aussi les mots et les formes pour l’exprimer....

Auteur(s) / Autrice(s) :
Numéro :
Astrolabe N° 51

Émergences de la géographie, France/Italie, XIVe-XVIIe siècles (novembre 2020)

chantilly_0653_web.jpgEtudes réunies sous la direction de Christine GADRAT.

La géographie, selon ce qui est parfois écrit rapidement, n’existe pas au Moyen Âge. Il est vrai qu’elle ne constitue pas une science à part entière, un domaine de savoir autonome et n’est pas répertoriée parmi les sciences du quadrivium ; elle n’est ni enseignée, ni clairement désignée. Mais elle est bel et bien pratiquée. Et ce par des personnages divers qui ne se donnent pas le nom de géographes, mais qui sont théologiens, maîtres ès arts, chroniqueurs, etc. À la fin du Moyen Âge, à partir du XIVe siècle surtout, elle tend néanmoins à prendre de l’importance et à évoluer vers la formation d’une discipline tout au long de l’époque moderne. Cette évolution se traduit notamment par l’émergence de nouvelles figures intellectuelles que l’on peut qualifier de géographes et d’œuvres que l’on peut intituler à proprement parler « traités de géographie ». Un mouvement parallèle touche la cartographie, avec l’émergence d’ateliers ou d’individus spécialisés dans la production de ce type de documents.

Auteur(s) / Autrice(s) :
Numéro :
Astrolabe N° 50

Juin / Juillet 2015

Cette quarante-septième livraison contient cinq études que l’on doit à Alessandra Orlandini Carcreff (sur le voyage en Finlande et en Laponie), à Geneviève Le Motheux (sur le voyage aux Indes Orientales portugaises), à Thomas Balliner (sur la navigation et l’écriture de l’histoire dans la croisade de ST-Louis de Joinville), à George Bolle (sur Le Clézio et la mer) et à Alessandra Orlandini Carcreff (sur les lieux et les rencontres en Europe et Orient). Bonne lecture.

Numéro :
Astrolabe N° 47

Novembre / Décembre 2014

Cette quarante-sixième livraison contient trois études que l’on doit à Georges Bolle (sur Le Clézio), à Asmaa El Meknassi (sur les récits des voyageurs en Orient) et à Geneviève Le Motheux (sur le "Grand Tour" de Leopold III en Europe).   Bonne lecture.

Numéro :
Astrolabe N° 46

Mai / Juin 2014

Astrolabe retrouve désormais son rythme de croisière. Cette quarante-cinquième livraison contient deux études que l’on doit à Asmaa El Maknassi (sur la représentation de la femme orientale chez les voyageurs de l’époque romantique) et à Tiphaine Martin (sur le voyage selon Beauvoir). Jean Trouchaud propose quant à lui une lecture d’une relation de Francis Tallents en France et en Suisse (1671-1673).  Bonne lecture.

Numéro :
Astrolabe N° 45

Octobre / Novembre 2013

Cette livraison d'Astrolabe paraît avec retard. La réorganisation totale du site www.crlv.org a empêché une mise en ligne plus rapide mais nous poursuivrons à l'avenir le travail entrepris avec une plus grande réactivité. Dans ce numéro, on lira sous la plume de Ramnik Aurora une étude des mœurs sikhes vues par des voyageurs français. On doit à Geneviève Le Motheux la recension d'une édition récente de Lettres choisies de Lady Mary Wortley Montagu. C'est à une analyse de la féminité dans Les Lettres sur le Bosphore de la comtesse de la Feurté-Meun que se livre ensuite Chanel de Halleux alors que Dominique Lanni part sur les traces de Paul Morand, voyageur, lecteur et écrivain. Bonne lecture.

Numéro :
Astrolabe N° 44

Mai / Juin 2012

Astrolabe fait peau neuve ! Ce numéro de mai-juin 2012 sera le dernier numéro double. À compter du mois de juillet prochain, nous allons passer à une périodicité trimestrielle et nous avons le grand plaisir d’accueillir notre nouvelle rédactrice, Efstratia Oktapoda. Vos contributions sont toujours les bienvenues : n’hésitez pas à nous les faire parvenir par mail à Alessandra Grillo Orlandini, à Efstratia Oktapoda ou à Geneviève Le Motheux.

Alessandra Grillo Orlandini

Numéro :
Astrolabe N° 43

Mars / Avril 2012

Les récits de voyage continuent de faire l’objet de nombreuses études locales, stimulées souvent par des intérêts régionaux. Le point de force résidant dans la recherche identitaire l’on cherche à faire le point sur l’image renvoyé par un territoire donné et son peuple sur leurs visiteurs, sur tous ces voyageurs qui découvrant ces terres ont cru intéressant de laisser une trace de leur passage sur papier, par des écrits, ou des images, soient elles des croquis, des aquarelles, ou des photographies. De tels sujets d’études alimentent aujourd’hui les colloques mais aussi la recherche et la commercialisation de ces repositoires des traces du voyage, réceptacles qui sont les récits anciens, les cartes, les tableaux, les gravures et les photographies.

Tania Manca

Numéro :
Astrolabe N° 42

Janvier / Février 2012

Les voyages deviennent de plus en plus virtuels. Il arrive un jour de se perdre dans les coulisses de Google et de tomber sur un site (www.horizon-virtuel.com) qui propose des voyages au bout du « clic », tout est sur écran : « Bienvenue ! Vous avez des envies de vacances, des rêves de voyages, mais pas le temps de boucler vos valises ? Alors promenez-vous ici... et respirez !! Bonne balade ! » La promesse est d’en sortir « heureux comme Ulysse… ». La nuit de Noël les voyageurs les plus cybernautiques ont pu suivre le périple du père Noël, en utilisant les ressources de Google Map (www.noradsanta.org) et bien évidemment sur tous les réseaux sociaux. Ne risquons-nous pas de perdre le plaisir de rêver en regardant l’horizon de la mer ou les yeux des enfants scrutant le ciel, dans l’attente d’y découvrir le traîneau de Papa Noël ?

Alessandra Grillo Orlandini
Numéro :
Astrolabe N° 41

Novembre / Décembre 2011

Le voyage dans ses différentes formes est un créateur de liens. L’évolution des moyens de transport, la production de récits en constituent le savoir en mouvement. Les liens unissent et sont souvent à l’origine de la création d’entités très importantes, telles que les États. C’est aussi grâce au voyage que nous célébrons cette année le 150ème anniversaire de l’Unité de l’Italie. En effet ont contribué à cette union la construction de plusieurs milliers de kilomètres de chemins de fer et de routes, parcourues par les italiens.

Tania Manca

Numéro :
Astrolabe N° 40

Septembre / Octobre 2011

L’Orient religieux, l’Orient des marchands, des lettrés ou des pèlerins. Combien d’Orients dans la littérature des voyages ! L’Orient qui procure la richesse en marchandises précieuses, mais aussi l’Orient des barbares Mongols. L’Orient primordial du Paradis terrestre est le même Orient rêvé de nouvelles religions inconnues qui arrivent en Europe dès l’époque romaine. Et aujourd’hui ? L’Orient nous a réservé au XXe siècle les effrayantes chroniques de violences et de guerres, mais aussi l’impressionnante croissance économique et démographique. À tous ces Orients sont dédiés cette année les Rendez-vous de l’Histoire de Blois (13-16 octobre 2011), qui proposent un programme très riche en conférences, débats, expositions et séances de cinéma, auxquels s’ajoute le salon du livre du 14 au 16 octobre.
http://www.rdv-histoire.com/

Alessandra Grillo Orlandini

Numéro :
Astrolabe N° 39

Mai / Juin 2011

Istanbul charmante, Istanbul fascinante : la ville qui a attiré des voyageurs de toute époque resplendit dans leurs mots, grâce à la synthèse de Sefa Kaplan, Istanbul in the eyes of western travellers. Avec un choix de voyageurs qui couvre presque 500 ans, on voit défiler la beauté de la ligne d’horizon du Bosphore, le charme des harems, la découverte des derviches. Sefa Kaplan concentre son attention surtout sur le monde viatique francophone et anglophone, de Busbecq à Hemingway, en passant par Chateaubriand, Lamartine, Andersen, Melville ou Loti, pour ne citer que quelques-uns des plus célèbres écrivains qui ont contribué à fixer un regard occidental sur Istanbul, en souvenir de sa gloire passée et en description de son présent multiculturel.

Alessandra Grillo Orlandini

Numéro :
Astrolabe N° 37

Mars / Avril 2011

La littérature de voyage et le reportage journalistique ont toujours entretenu un rapport privilégié. Le long des siècles et des découvertes ils n’ont pas cessé de se croiser et se mêler jusque à même, parfois se fondre et se confondre. Quel que soit le support dans lequel ils s’expriment, carte, livre, journal, gravure, photographie, film, ils ont souvent parcouru les mêmes langages, des codes similaires, tournés vers un objectif regardant un horizon commun.

Tania Manca

Numéro :
Astrolabe N° 36

Janvier / Février 2011

L’histoire de l’art et des voyages est riche de pionniers, qui ont défié les difficultés aux quatre coins du monde, en découvrant des sites archéologiques surprenants et en relatant, dans leurs relations, les craintes, les attentes et les émotions de voyages extraordinaires. Au XXIe siècle, tout cela n’est plus à la mode, quand on apprend que presque 2000 nouveaux sites archéologiques ont été découverts, en Arabie Saoudite, par un archéologue australien qui n’a jamais mis les pieds dans la péninsule arabique, mais qui a repéré ces emplacements grâce à Google Earth. La poésie de la poussière est-elle aujourd’hui mise de côté ?

Alessandra Grillo Orlandini

Numéro :
Astrolabe N° 35

Novembre / Décembre 2010

A l’occasion du premier centenaire de la mort du grand anthropologue et voyageur Paolo Mantegazza, le CRLV et l’Université de Cagliari organisent un colloque afin d’étudier, dans ses multiples aspects, l’activité et la production scientifique et littéraire du médecin. Figure riche et multiple, véritable savant, Mantegazza fut médecin, anthropologue, voyageur, sénateur. Fondateur du Muséum des sciences naturelles de Florence et également membre fondateur de la première Société de photographie de l’Italie, il marqua son siècle de part son incroyable amour pour les sciences et le savoir, avec sa volonté de les promouvoir autour de lui.

Tania Manca

Numéro :
Astrolabe N° 34

Septembre / Octobre 2010

L’année où survient le bicentenaire de la naissance de Frédéric Chopin, on ne peut pas oublier les voyages qui ont marqué, parfois malgré lui, la vie du compositeur polonais. Vienne, Paris, Majorque, Londres : le génie de Chopin a traversé l’Europe, en absorbant les courants musicaux du Romantisme, auxquels plusieurs ouvrages ont rendu hommage dernièrement. Le pianiste et compositeur contemporain Roberto Piana a voulu célébrer cet anniversaire avec Chopin circle (Sassari, Editoriale Documenta), qui présente (avec un CD contenant des œuvres de Chopin et de ses amis et disciples) plusieurs lettres de George Sand, où on découvre les petites inquiétudes de la vie en voyage : la difficulté de déplacement de Chopin malade, la méfiance du propriétaire de la maison de Majorque, face à la maladie du compositeur, l’odyssée pour faire arriver aux Baléares le précieux piano de Chopin.

Alessandra Grillo

Numéro :
Astrolabe N° 33

Juillet / Août 2010

L’invitation au voyage n’a pas de saison, et pourtant c’est l’été où aujourd’hui les guides de voyages sont les plus recherchés. Ces guides ne sont plus les guides d’autrefois, car le but du voyageur est souvent différent. Pour les voyageurs qui veulent se distinguer des touristes, fort est encore l’attrait pour les récits de voyage sur le pays qu’ils souhaitent découvrir et qu’ils utilisent, comme les voyageurs d’antan, en guise de guide. Certains se proposent encore de suivre les pas de voyageurs qui les ont précédés afin de découvrir un pays sous un aspect insolite. Sur ce même thème portait l’un des séminaires du crlv, il y a quelques années.
Dans ce même mouvement s’inscrirait le n° 9 de Gallica, de Juillet 2010 qui propose à ses lecteurs de partir en Italie sur les traces de voyageurs illustres…

Tania Manca

Numéro :
Astrolabe N° 32

Mai / Juin 2010

La présence française et néerlandaise dans l’Atlantique entre le XVIe et le XVIIIe siècle fut très riche. La diaspora huguenote créa des colonies florissantes au Brésil et en Amérique du Nord, en influençant les sites, la géographie, les patronymes, la cuisine, etc. Quant à l’expansion néerlandaise, on en mesure déjà l’importance en considérant le rayon d’action qui comprenait, à l’époque, des villes comme New York, Boston et Recife. Marchands, soldats, pirates, corsaires, marins ou simples colons contribuèrent à l’expansion maritime et coloniale européenne : deux ouvrages récents, Les Huguenots et l’Atlantique et Les Pays-Bas et l’Atlantique comblent un vide dans l’histoire maritime et proposent une synthèse internationale sur les relations entre l’Europe et le monde atlantique.

Alessandra Grillo
Numéro :
Astrolabe N° 31

Mars / Avril 2010

La littérature de voyage connait un succès ininterrompu depuis son origine. Elle a passé les siècles de l’oralité aux différentes formes d’écriture, de la diffusion sous forme d’imprimé au XVIIIe, XIXe et XXe siècles, à la presse, à la bande dessinée, jusqu’à conquérir le cinéma. Les ingrédients sont souvent les mêmes ; ce qui attire le plus c’est l’aventure, le dépaysement, le mouvement continu et envoutant des événements qui se succèdent, des gens qui se rencontrent, des paysages traversés. Né au moment où les récits de voyages devenaient aussi littérature pour la jeunesse, Alice au pays des merveilles, qui est passé maintes fois, du livre au dessin animé puis au cinéma, continue à connaître encore de nos jours un succès non démenti.

Tania Manca

Numéro :
Astrolabe N° 30