Aller au contenu principal
Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, par le C. C., préfet du département de l'Oise, de l'Académie de Cortone, et membre de la Société d'agriculture du département de la Seine
Auteur :
Destination :
Forme :
À propos
Itinéraire :
Genève - Salanches - Serre - Chamounix - Ferney - Versoy - Lausanne - Clarens - Bex (exc. ds les environs) - Saint-Maurice - Martigny - Fribourg (exc. ds les environs) - Berne - Thun (exc. ds les environs) - Brientz (exc. ds les environs) - Neufchâtel (exc. ds les environs) - Lucerne - Fluellen (Saint-Gothard) - Palanza (isola bella) - Milan (exc. ds les environs) - Bergame (exc. ds les environs) - Vérone - Venise - Trente - Brixen - Inspruk - Kempten - Constance - Bâle - Zurich - Zug (exc. ds les environs) Lucerne - Bern - Genève - Lyon
Date :
du 14 juillet au 14 octobre 1788
Type :
voyage pittoresque fait en bateau, en diligence et à pied
Esthétique :
«Je résolus de voyager en Suisse pour me distraire, en Italie pour vérifier sur les lieux les rapports des anciens écrivains. J'arrive de ces deux voyages, et je cède à la tentation de donner au public le résultat de mes plaisirs et de mes observations»(6-7).
«Une multitude de sensations, de plaisirs et d'observations, se sont succédées dans mon âme pendant deux ans: j'essayerai d'en communiquer une partie à ceux qui daigneront me suivre»(9).
«De l'ordre, de la méthode n'en attendez pas dans un journal: tout s'y mêle; à côté du froid raisonnement, je trouve une description du lever du soleil, le rire est à côté des larmes, les palais de Florence à côté des ruines de Fersole: c'est l'image naïve de la vie, c'est une lanterne magique»(12).
«J'écrivois le soir ce que j'avais entendu, ce que j'avais senti dans la journée. Si les voyageurs, en suivant la même route, voient sans émotion le tableau qui m'enchantoit, ils sont seuls sans doute, l'ame des ces tableaux leur manque»(92).
«Il est une saison dans la vie où l'homme conserve encore tout l'énergie de la jeunesse et touche à la maturité d'esprit et de connoissances qu'il n'atteint guère qu'à quarante ans. C'est le moment de voyager: on possède la variété des connoissances que procurent l'étude et l'usage du monde; on a la force de résister à de grandes fatigues, aux entreprises qu'on ne risque pas sans vigeur; on ne se contente pas des chemins fréquentés par le plaisir et la mollesse, on ose s'égarer dans des routes nouvelles; les accidents même y deviennent des plaisirs; l'imagination joint ses rêves aux sensations que vous éprouvez; vous rectifiez sur les lieux les erreurs de votre cabinet, vous perdez les préjugés dont on ne se délivre qu'en quittant sa patrie; [...] les objets de comparaison sont mulitipliés, toutes les facultés de l'ame et de l'esprit s'agrandissent et chaque individu parvient au degré de perfection que son organisation et ses travaux lui permettent d'atteindre»(5-6).
Références bibliographiques
Lieu :
Paris
Année :
1800
Editeur :
H.-J. Jansen
Volume :
2 vol.
Nombre d'exemplaires :
341, 374 pp.
Format :
in-8
Annexes :
pl.