Aller au contenu principal
Voyage en Angleterre et en Russie, fait pendant les années 1821, 1822 et 1823
Destination :
Forme :
À propos
Itinéraire :
I.: 1821
Paris - Boulogne - Calais - Douvres - Rochester - Canterbury - Londres - Greenwich - Woolwich - Londres - Bath - Bristol - Glocester - Tewksbury - Worchester - Birmingham - Dudley - Birmingham - Liverpool - Manchester - Carlisle - Long-Town - Gretna-Green - Roxburg - Édimbourg - château de Roslin - Craig-Miller-Castle - Édimbourg - le Forth - la Clyde - Glascow - Dumbarton - Gourock - Greenhok - Inverary - Tunhyld - Oban - île de Mull - Aross - île de Staffa - grotte de Fingal - île de Mull - Oban - château de Dunstafnage - Tunhyld - Inverary - Glascow - Belfast - Antrim - Colraine - le Causeway (la Chaussée des Géans) - Balley-Castle - cap de Fairhead - Balley-Castle - Colraine - Belfast - Dublin - Holyhead - Birmingham - Londres - Salisbury - Stonehenges - Vieux-Sarum - Southampton - Portsmouth - Brighton - Londres - Windsor - Londres

II.: pendant les années 1822 et 1823
Paris - Bruxelles - Malines - Anvers - Bréda - Rotterdam - La Haye - Leyde - Amsterdam - Sardam - Broek - Amsterdam - Harlem - Hambourg - Lubeck - Travemunde - Cronstadt - Saint-Pétersbourg - Péterhof - Caminnoi-Ostrow - Saint-Pétersbourg - Sarskoe-Sélo - Novogorod - Twer - Valdaïa - Torjok - Cline - Moscou - couvent de Troitza - Moscou - Mojaïsk - Borodino - Viazma - Dorogobouj - Smolensk - Krasnoi - Orcha - Borisow - Minsk - Royana (Royatchef) - Brestlitefski - Varsovie - Villanoff - Varsovie - Cracovie - Wieliska (- Paris)
Date :
entre 1821 et 1823
Type :
deux voyages de mœurs fait en voiture, en bateau, en diligence et en traîneau
Esthétique :
«Je ne prétends point donner une description complète des pays que je parcours; je me promène en crayonnant les lieux remarquables, en notant mes observations: heureux si je donne une idée juste des monumens; plus heureux si j’ajoute une vérité ou si j’enlève une erreur à la connaissance que nous avons des peuples. Puissent ces esquisses de l’ancien et du nouveau monde, de la barbarie et de la civilisation, faites avec une grande indépendance de cœur et d’esprit, servir de temps en temps au philosophe, si la philosophie reste ce qu’elle doit être, l’étude du vrai!»(I/IV).
«Je n’ai point entrepris de conduire le lecteur par la main dans tous les lieux dignes d’être remarqués à Londres; je veux seulement retracer quelques souvenirs auxquels je tâcherai d’imprimer la physionomie du pays»(I/39).
«On attend peut-être ici une description du château, des jardins, une galerie de portraits, où je réunirai tout ce que j’aurai jamais pu apprendre sur le cœur humain: comme ceci se trouve en mille autres endroits, je continue ma route»(I/194).
«Les voyages devraient habituer à quitter avec indifférence les individus avec qui l’on a fait connaissance, mais j’éprouve toujours le contraire, et je sens une peine réelle en abandonnant les personnes dont le caractère sympathise avec le mien»(I/220).
«Mon dessein, en publiant cet ouvrage, n’est point de donner une idée complète de l’Angleterre et des Anglais; je désire seulement inspirer à mes compatriotes l’envie de visiter un pays que son voisinage et sa prépondérance rendent si intéressant pour nous. Pour le détail des habitudes on peut consulter un ouvrage écrit avec infiniment d’esprit et plus de justice et d’impartialité qu’on n’en trouve généralement dans une brochure qui doit ou qui veut obtenir la vogue, Quinze jours à Londres en 1815»(I/255-256).
Références bibliographiques
Lieu :
Paris
Année :
1825
Editeur :
Arthus Bertrand
Volume :
2 vol.
Nombre d'exemplaires :
VIII [IV]-336, III-338 pp.
Format :
in-8
Annexes :
pl., atlas