Aller au contenu principal
Voyage aux ruines de Golconde et à la cité des morts (Indoustan)
Auteur :
Destination :
Forme :
À propos
Itinéraire :
île de Ceylan et golfe du Bengale - Pondichéry - Vilenoor - lac Oussoudou - Cuddaloor - Bahour - Tirouvicarré (exc. ds les environs, campement des Kahdou-Couroubarous, fleuve Arian-Coupam) - Gengy - Chelambrum - Nadi-Paléom - fleuve Caverny - Arian-Saleh - Trichnapoly - Seringham - Madura - Tinivellé - Palam-Kola - Trivanderam
Date :
à partir du 25 décembre 1865, sans date de fin
Type :
voyage ethnographique et historique, fait en steamer et en charrette ouverte
Esthétique :
«Je dois prevenir le lecteur que ces études, dont je commence aujourd'hui la publication par ce premier ouvrage, n'ont pas seulement pour but de lui faire connaître les mœurs intimes de l'Inde ancienne et moderne écrites à un point de vue essentiellement français; elles tendront, chaque fois que l'occasion s'en présentera, à démasquer la politique agressive de nos rivaux dans l'extrême Orient, et à montrer à la France quel est le but poursuivi avec une âpre persévérance contre elle. Dix ans de vie publique autour du monde m'ont mis à même d'apprendre bien des choses, de pénétrer bien des projets, et je croirai faire œuvre de citoyen chaque fois que je pourrai donner l'alarme et soulever les masques»(1879/13-14).
«Comme prélude à mes récits de voyages dans l'Indoustan, et à l'étude des grandes ruines des palais, des temples et des pagodes indous, je vais tracer un tableau rapide de l'ancienne civilisation de la vieille terre des Brahmes et des nombreuses invasions qu'elle a subies jusqu'aux dernières conquêtes européennes. [...] Je m'efforcerai d'indiquer également quel doit être pour l'avenir le rôle de la France, non dans l'Inde, où l'exiguïté de nos possessions est une barrière sérieuse au rayonnement de notre influence, mais dans l'Indo-Chine où nous sommes solidement établis»(1879/31-32).
«Chaque fois que cela m'a été possible, j'ai conservé à cette étude la forme du voyage, telle qu'elle résulte de mes notes écrites chaque jour pendant de longues années; ce mode m'a paru plus attrayant pour la lecture, et j'ai pensé qu'il était possible de voir juste et de dire vrai, sans qu'on soit absolument obligé de se séparer du mouvement, de l'imprévu et de la poésie, qui sont les ornements naturels de ces contrées toutes imprégnées de parfums et de soleil»(1879/33).
Références bibliographiques
Lieu :
Paris
Année :
1875
Editeur :
E. Dentu
Nombre d'exemplaires :
394 p.
Format :
in-8
Autre édition :
Paris (E. Dentu) 1881, 3e éd., 412 p. in-18, pl.
Réédition :
Paris (E. Dentu) 1879, nouv. éd., 412 p., ill.