Aller au contenu principal
Souvenirs et récits de voyages. Les Alpes françaises et la haute Italie
Destination :
Forme :
À propos
Itinéraire :
Lyon - Grenoble (exc. ds les environs) - Saint-Laurent-du-Pont - la Grande-Chartreuse - Goncelin - Allevard (exc. aux Sept Laux) - le Fort Barraux - les abîmes de Mian - les Charmettes - Saint-Jeaine - Montémélian - Saint-Pierre-d’Albigny - château de Miolans - col du Plan-du-Frêne - les Bauges - col du Charlet - Conflans - vallée de la Tarentaise - Aigue-Blanche - Moutiers (exc. au rocher du Diable) - Centron - Ayme - Saint-Martin - Bellentres - mines de Pesey - Bourg-Saint-Maurice - Bonneval - Crey - le Chapin - col del a Seigne - lac de Combal - l’Allée Blanche - val Verni - Cormayeur - cité d’Aoste - Châtillon - Saint-Vincent - Verrex - le Fort et la ville de Bard (exc. sur l’Albaredo) - San-Martino - Ivrée - Turin (exc. à Moncalieri) - Settimo - Brandisso - Chivasso - San Germano - Verceil - Navare - Sesto-Calende - Milan - Binasco - Pavie (exc. à la Chartreuse de Pavie) - Voghera - Tortone - Novi - Gavi - Voltaggio - Gênes - Voltri - Cogoletto - Savone - Noli - Finale - Albenga - Alassio - Oneille - Saint-Remo - Vintimille - Monaco - Nice - Cagne - Antibes - Fréjus - Aix - Avignon
Date :
sans date
Type :
voyage d’agrément et d’histoire locale, fait en voiture, à pied et sur le dos de mule
Esthétique :
«Mais si les voyages ont gagné en rapidité, ils ont singulièrement perdu comme agrément. On ne voit guère aujourd’hui que les cheminées et les clochers des villes que l’on traverse: tout au plus entrevoit-on leur profil. Pour peu que le pays soit accidenté, la route perdue entre de profonds talus, passe successivement du demi-jour des tranchées à l’obscurité des tunnels [...]. Quand, au temps de la libre jeunesse, nous parcourions les Alpes françaises et celles de la Savoie, nous cherchions surtout à nous écarter des routes battues et à voir ce que d’autres ne voyaient pas [...] Celui qui s’acheminera comme nous par les défilés de la Tarentaise et les sublimes et mystérieuses solitudes de l’Allée-Blanche retrouvera les choses telles que nous les avons vues et décrites, et jouira comme nous de l’un des plus magnifiques spectacles de la création. L’homme et ses œuvres changent et disparaissent; la nature seule est immuable. [...] Nous faisons comme le moissonneur: nous rassemblons de droite et de gauche quelques gerbes oubliées sur le terrain ouvert à tous les vents de la presse ou des revues. La récolte n’a pas été assez abondante pour que nous puissions rien négliger»(p. non-numér.).
Références bibliographiques
Lieu :
Paris
Année :
1857
Editeur :
Ferdinand Sartorius
Nombre d'exemplaires :
V-426 p.
Format :
in-8