Aller au contenu principal
Souvenirs du Mont Pilat et de ses environs
Destination :
Forme :
À propos
Itinéraire :
Saint-Étienne - Givors - Rive-de-Gier - Saint-Chamond - le Planil - le Saut du Gier - le Planil - la Grange du Pilat - le crêt de la Perdrix - Saint-Étienne - Saint-Chamond - Saint-Paul-en-Jarez - bourg de la Terrasse - hameau du Breuil - Doizieu - les bords du Dorley - la Grange du Pilat - le Crêt de la Perdrix - Saut-du-Gier - Bessat - hameau de la République - la Grange du Pilat - la Grange de Bote - collet de Doizieu - Chartreuse de Sainte-Croix - réservoir du Couzon - Couzon - Saint-Chamond - Izieux - village du Creux - la maison de Notre-Dame-de-l'Ermitage - pont de la Rive - pied de la chute du Gier - La Valla - le Bessat - la Jasserie - la Grange du Pilat - la Grange de Bote - crêt de l'Aillon - la roche des Trois-Dents - Saint-Sabin - Bessat - Saint-Chamond - Saint-Fons - Feyzin - Ternay - Chasse - Givors - Bans - Saint-Romain-en-Galles - Vienne - Ampuis - Condrieu - Chavanay - Pelussin - Lyon - Saint-Étienne - le Bessat - Tarentaise - replat de Barbanche - le barrage - Rochetaillée - Valbenoite - Saint-Étienne - Lyon
Date :
sans date
Type :
voyage historique et botanique, fait en chemin de fer, en voiture et à pied
Esthétique :
«Vous m'avez, Madame [sc. Madame Lacène], souvent entendu parler du mont Pilat, de ses sites pittoresques, de ses richesses naturelles, des vues admirables et de la perspective étendue dont on jouit en gravissant ses rampes, et, sans sortir de votre ravissante villa d'Écully, vous désirez en faire avec moi le voyage»(I/1).
«Vous avez sans doute éprouvé, Madame, les effets que produit sur nous l'ascension des hautes montagnes. A mesure qu'on s'élève, les poumons semblent respirer avec plus de plénitude et de liberté; l'air plus pur et plus oxygéné donne à nos fibres musculaires une excitation plus vive, et à notre corps plus d'énergie et de légèreté. Sitôt que les bruits du monde cessent d'arriver à nos oreilles; quand le vent qui soupire, murmure ou gémit dans les bois, trouble seul de sa voix éolienne le silence imposant qui règne dans ces lieux, notre esprit goûte une sérénité et un bien-être indéfinissables; notre âme y trouve une quiétude indescriptible, et nos pensées, moins terrestres, semblent emprunter je ne sais quoi d'éthéré à l'atmosphère des régions élevées dans lesquelles nous nous trouvons. D'autres charmes et d'autres plaisirs, inconnus au vulgaire, y attendent le naturaliste. A mesure qu'il dépasse certaines limites, une foule d'objets nouveaux ou du moins étrangers à nos plaines viennent s'offrir à sa vue»(I/111-112).
Références bibliographiques
Lieu :
Lyon
Année :
1870
Editeur :
Pitrat aîné
Volume :
2 vol.
Nombre d'exemplaires :
VI-242, 252 pp.
Format :
in-8
Annexes :
grav., carte