Aller au contenu principal
La Norvège
Auteur :
Destination :
Forme :
À propos
Itinéraire :
Christiania (exc. ds les environs) - lac Mjösen (exc. aux bords du lac) - Lille-Hammer - vallée du Gulbrandsdal - Elstad - torrents de Vaalin-Elv et d'Erye-Elv - vallée de Seid - Viig - mont Kringelen - Quam - Dovre-Fjeld - Jerkins - Kongsvold - exc. ds les environs (Drivestuen, mont Snoehetta) - Vollan - Trondhjem - vallée du Stordal-Elv - Lavanger - Stikklestad - vallée de Voerdal - Steenkjoer - fleuve Snaasen-Vand - vallée de Helgodal - cataracte de Shjoekker - Brataasen - région de la Dalécarlie - la Laponie - Bergen - exc. ds les environs (Sögne-Fjord, fjord de Hardanger) - canal Alverstrom - escales de Skjerjehavn, de Sauesund, de Furresund et de Noerosund - île de Bremanger - Moloen - Herro - Aalsund - Molde - Christiansund - Béjan - île de Torget (Torghattan) - île de Veg - île de Brön - île de Tiot - île d'Alsten - Kunnen - baie de Hundholm - Bodö - sund de Bringebeer - Vest-Fjord - îles Lofodden - île de Tenjen - Sund de Ry-Schonen - Tromsö - île de Ringvands - cap de Lyngensklubb - Maursund - fjord de Qvenanger - île de Kaagen - île de Skye - île de Loppen - Bosekop dans l'Alten-Fjord - Talvig - Vargsund - Seyland - Stiernesund - Hammerfest - île du Cimetière (Kierkegaardö) - île de Maasö - île de Stappen - Magerösund - Finnbugt - baie de Kielvig - île Maigre - fjord et golfe de Giestvar - cap Nord
Date :
sans date
Type :
voyage touristique fait à cheval, en karriole, en barque, en bateau et en bateau à vapeur
Esthétique :
«Chaque voyage et pour nous comme une fenêtre de plus qui s'ouvre sur le monde, et la soif de connaître et de voir se réveille plus ardente d'année en année, à mesure qu'on a fait davantage pour la satisfaire. La Norvège était depuis longtemps dans mes souvenirs d'étude; elle était dans mes espérances et dans mes projets. J'avais rêvé le pôle presque sous l'équateur; j'étais parti de la mer Morte pour l'océan Glacial. Ce n'était pas seulement l'amour vain du contraste, un désir irréfléchi de changement, ou l'envie de contempler, après l'azur ardent de l'Arabie, le ciel délicat qui reflète sa coupole de saphirs pâles dans le miroir des grands lacs. J'étais attiré par le Nord, d'où les miens sont venus; je voulais m'approcher de cette source abondante et toujours ouverte qui versa tant de fois des flots d'hommes sur l'Europe; je voulais voir le berceau de cette poésie scandinave, si oubliée qu'elle est presque inconnue de nos jours, et qui pourtant, après avoir rajeuni et renouvelé la veine à demi tarie du vieux monde, inspira la muse populaire des races germaniques, et devint le souffle et l'âme de la Muse moderne»(2).
«Quand je me sentis sur cette dernière pointe du vieux continent européen, j'éprouvais une des plus profondes émotions de ma vie de voyageur: mes deux compagnons et moi, nous nous livrâmes pendant quelques minutes à une certaine emphase de lieux communs que la circonstance pouvait rendre excusables, mais dont il est inutile de fatiguer le lecteur»(441).
«Nous passâmes une grande partie de la nuit sur le sommet du cap, chacun de nous se livrant à ses réflexions particulières et respectant le silence et la rêverie de ses compagnons. Derrière moi j'avais l'Europe tout entière, que je venais de traverser dans sa plus grande longueur, depuis l'île de Scyra jusqu'à Magerö, et devant moi l'Océan infini, la mer Glaciale, [...]»(444-445).
Références bibliographiques
Lieu :
Paris
Année :
1857
Editeur :
Libr. de L. Hachette & Cie
Nombre d'exemplaires :
448 p.
Format :
in-8