Aller au contenu principal

Conférences

L’Orient théâtral dans les parodies d’opéra au XVIIIe siècle

Encore une parodie ! quel genre, bon Dieu ! […] Suivre servilement l’intrigue donnée, choisir quelques airs dont le refrain ou la marche puisse donner lieux à des épigrammes graveleuses ; jeter de temps en temps quelques traits mordants, qui s’adressent où ils peuvent : voilà quelle est la masse des efforts que font nos modernes parodistes pour se faire applaudir. Le public protègera-t-il encore longtemps un pareil genre ? Il faut croire, ou du moins espérer que non.
Mercure de France, 7 janvier 1786, p. 137.

Les transpositions...

Époque :
Localisation :
Date et heure :