Aller au contenu principal

Conférences

Autodénigrement et autodérision de l’écrivain voyageur : une rhétorique du chleuasme

L’attrait du récit de voyages en lui-même dépend largement des talents d’écriture du diariste, écrivain de métier ou d’occasion, mais aussi des qualités personnelles du voyageur. L’écrivain reconnu prend en général la plume avec assurance. L’écrivain d’occasion prend le double risque de se mettre en scène et d’endosser, peut-être en l’usurpant, la vie de l’écrivain de métier. Dans les deux cas se justifie l’emploi du chleuasme, figure de style consistant à pratiquer l’autodépréciation dans l’espoir d’une réfutation implicite de l’interlocuteur.

Époque :
Localisation :
Date et heure :

La compilation et l'usage des journaux de bord dans l'histoire des idées et des sciences

Claret de Fleurieu n'a pas attendu le voyage de Marchand, parti de Marseille en décembre 1790 et rentré en août 1792, pour être un savant : c'était lui qui avait préparé le détail du voyage de Lapérouse en 1785. Cependant, lorsqu'il est instruit du voyage du Solide par le capitaine en second, Chanal, et le chirurgien Roblet, il décide d'en utiliser les deux versions pour écrire l'histoire du voyage de Marchand et en tirer des développements moraux et scientifiques. Aujourd'hui, nous pouvons comparer, par exemple aux Marquises, les quelques îles découvertes par l'...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Les îles et le monde vu du Pacifique

La carte de Tupaia, révélée par Cook, éclaire la vision géographique des îles du Pacifique. Au-delà des mythes de création, peignant les îles comme la pêche du dieu Maui, elle est emblématique d'une représentation globale du système de la Polynésie, centrée sur l'île-mère : le cadre réalisé, matériellement, par des baguettes dont les intersections figurent des îles, permet de référencer les îles les unes par rapport aux autres sans que le concept proprement directionnel soit réellement efficient. La conception d'un réseau archipélagique dépasse l'attachement très fort...

Localisation :
Date et heure :

Des ruines aux monuments historiques : les notes de voyage de l'inspecteur Mérimée

Prosper Mérimée fut, de 1834 à 1859, inspecteur général des Monuments historiques. Cette fonction l'a contraint à des tournées incessantes en province, d'où il envoie des rapports et des courriers, en particulier à Ludovic Vitet, président de la Commission des Monuments historiques sous la Monarchie de Juillet.
Le goût romantique pour l'histoire, le Moyen-Âge, le respect du passé et la réflexion que suscitent les restes de l'architecture l'influencent indubitablement. Pourtant, sa vision est pragmatique, et il n'apprécie guère le flou de grandes idées confuses...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Articles dans Astrolabe