Aller au contenu principal
Publiée le lun 12/07/2021 - 04:51
image

Les Saint-Philippe et les vaisseaux de 1er rang de Louis XIII à Louis XIV.

Patrick Villiers

Ils s’appelaient Sovereign of the Seas, Couronne, Vasa, Soleil Royal, Breverode, Seven Provinciën, Royal Prince, Fier, Saint- Philippe ou Pompeux, etc... Appelés vaisseaux hors rang, ou vaisseau de 1er rang ou de 2e rang selon les périodes, armés de 70 à 110 canons, ils étaient destinés à commander les escadres ou les flottes. Pourquoi les construire ? Quels en furent les maîtres-constructeurs ? Quel en fut le coût ou les difficultés de réalisations ? Si l’idée des vaisseaux de 1er rang revient aux Anglais, Louis XIV avec le premier Saint-Philippe (1663-1692) donne à la marine française son premier navire amiral, bientôt rejoint par le Soleil-Royal, la Reine, le Saint-Esprit ou le Pompeux. Ils sont onze de 1er rang et 22 de 2e rang en 1672, 26 de 1er rang et 30 de 2e rang en 1693, navigant en Méditerranée comme en mer du Nord. Epine dorsale de la marine de Louis XIV, ont-ils tenu leurs promesses ? En oubliant les victoires de Béveziers ou de Barfleur, on a trop voulu ne retenir que les vaisseaux incendiés de la Hougue. L’étude des deux Saint-Philippe remet en cause cette vision de la marine de Louis XIV. Construit également à Toulon, le Saint-Philippe n° 2 (1693-1712), navire amiral de Tourville en 1694, ou du vice amiral d’Estrées en 1701 et 1702, s’illustre avec les autres vaisseaux de 1er rang à Velez-Malaga en 1704 avant de jouer un rôle décisif dans le siège de Toulon en 1707 avec son sister-ship le Tonnant.

S’appuyant sur une iconographie souvent inédite venant des plus grands musées d’Europe et sur des archives originales, Patrick Villiers, professeur émérite des universités en histoire maritime, 5 fois lauréats de l’Académie de Marine, nous propose une relecture des affrontements maritimes entre la France, la Grande Bretagne, les Pays-Bas et l’Espagne des années 1630 aux traités d’Utrecht, commentant aussi bien l’architecture navale que les rôles d’équipage, les batailles navales comme la fonte des canons de fer de 24 puis de 36, à travers le prisme de ces merveilleux vaisseaux amiraux.

https://ancre.fr/fr/ouvrages-de-base/99-les-saint-philippe-et-les-vaiss…

 

Document joint :