Aller au contenu principal

Conférences

"Un fleuve mis en mots : la Loire dans la littérature de voyage (XIXe siècle)"

« […] son nom est gloire à une lettre près » (D. Sallenave, Dictionnaire amoureux de la Loire) : la Loire figure en bonne place dans un imagier de la France qui puise à l’histoire et à son mirage (la légende), à des manières de voir et de sentir, à des pratiques. Les représentations du fleuve sont évidemment tributaires de ces éléments qui dessinent peu à peu un « lieu commun » que récits viatiques ou guides figent et transforment tout à la fois.

La littérature de voyage est à bien des...

Date et heure :

L’ailleurs comme ici. La négation du dépaysement dans les Voyages romantiques

Le récit de voyage, au XIXe siècle, redéfinit continûment les rapports entre l'ici et l'ailleurs, exacerbe ou fragilise les oppositions, expérimente les passages entre deux rives. Il dispose pour ce faire d'un allié de poids: l'analogie. La mise en relation de deux éléments disjoints laisse libre cours au jeu des tensions par lesquels se définissent mutuellement les univers en présence.  

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Le premier séjour de Chateaubriand en Italie.

Citations numérotées dans le texte renvoyant à l’exemplier ci-dessous..

Le premier voyage en Italie de Chateaubriand n’est pas le plus célèbre des six qu’il effectua. Et pourtant il correspondit à des événements importants de son existence : la mort à Florence de sa maîtresse Pauline de Beaumont et son premier emploi comme secrétaire de légation à Rome. Il quitta Paris le 26 mai 1803 et partit de Rome le 21 janvier 1804. C’est l’histoire d’une désillusion au moment même où il devient un auteur à succès avec _Le Génie du christianisme_....

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Redonner vie à la ruine (autour de Chateaubriand)

La ruine chez Chateaubriand est d’abord un objet abstrait qui vaut par son pittoresque (Le Génie du Christianisme). Elle devient ensuite un sujet de méditation et le support d’une expérience existentielle (Lettre à M. Fontanes), avant de se révéler signe d’un processus généralisé de dégradation (Itinéraire de Paris à Jérusalem). Enfin, dans les Mémoires d’outre-tombe, la ruine sera pensée comme un monument édifié pour l’éternité à l’instar des pyramides. Philippe Antoine, professeur de littérature française du XIXe siècle à l’...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Chateaubriand et les "écrivains de montagne"

Un préambule de François Moureau évoque les antécédents de la conférence du jour : l’image négative de montagne dans la littérature de voyage antérieure à la seconde moitié du XVIIIe siècle : le sublime horrible de la montagne domine, une contrée habitée par des goitreux sauvages qui est, pour les voyageurs dans les Alpes, le passage obligé vers le paradis de l’Italie rêvée. Au début du XVIIIe siècle, les artistes anglais découvrent les Alpes ; puis le poème d’Albrecht von Haller, _Die Alpen _ rapidement traduit dans les principales langues de l’Europe inaugure...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Chateaubriand et l'art du voyage (sur l'Itinéraire de Paris à Jérusalem)

L’Itinéraire de Paris à Jérusalem se situe à l’orée du XIXe siècle. Il participe de « l’art du voyage » ancien, quand le monde est considéré comme un livre : l’ordre du discours sera l’ordre des sensations du voyageur.

Pour Chateaubriand, il s’agit de remettre ses pas sur ceux des hommes du passé, en une sorte de pèlerinage laïc ex. 2). A la fois savant et explorateur, le voyageur peut dire : « J’ai vu » (ex. 1 dans la correspondance). L’Itinéraire est avant tout un voyage littéraire, c’est-à-dire un voyage pour écrire ; Chateaubriand...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Le Voyage comme 'livre de postes des ruines' (autour de Chateaubriand)

Tout autant que dans ses voyages, les villes reconstituées se retrouvent dans les œuvres d’imagination de Chateaubriand. Les romans sont alimentés par les voyages : les "Martyrs" doivent beaucoup à l’"Itinéraire de Paris à Jérusalem" et au "Voyage en Italie". La 3e édition des "Martyrs" signale ces sources, d’une couleur locale crédible. Ses écrits se répondent : Eudore, héros des "Martyrs", parle par la bouche de Chateaubriand dans l’"Itinéraire". Si le "Voyage en Amérique" annonce la fin du monde sauvage, il n'évoque pas de civilisations particulières. La conférence...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Voyages pour rire ou pour sourire. Étude de la littérature du début du XIXe siècle en relation avec la littérature excentrique et le romanesque

Dans son intervention, intitulée « Voyages pour rire ou pour sourire », Philippe Antoine nous propose une relecture originale des récits de voyage des grands écrivains au début du XIXe siècle. Cette réflexion s’inscrit dans une recherche plus large sur la poétique et la stylistique de la promenade appréhendée comme un Art du voyage. Le parcours qu’il emprunte dans ce panthéon littéraire, qui va de Chateaubriand à Flaubert en passant par Stendhal, Nerval, Gautier et Dumas, choisit ici les chemins de traverse, de la fantaisie, trait caractéristique à ses yeux de l’...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

« L'homme civilisé retombé dans l'état sauvage » : politique, sexualité et religion dans l'Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand

Au retour d'Orient, Chateaubriand écrivait en 1807 dans une lettre de Pau que le « gouvernement absolu » de la Turquie et sa « religion sanguinaire et passionnée » lui faisaient horreur. Il assimilait de ce fait l'Islam au vice et au despotisme. L'_Itinéraire de Paris à Jérusalem_ fut publié en 1811 ; le voyage eut lieu de 1806 à 1807. La sexualité apparaît par des références voilées. Republié en 1826, chez l'éditeur parisien Ladvocat, l'_Itinéraire_ fut transformé en livre de propagande philhellène et devint un « ouvrage de ciorconstance » en faveur de la libération...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Rêver les paysages : topographie et imaginaire chez Chateaubriand, Lamartine, Nerval...

Selon Fontanier, la topographie est une description qui a pour objet un lieu. La satisfaction esthétique est le fruit d’une reconstruction du réel. La Constantinople de Chateaubriand se colore du peu de sympathie qu’il a pour les Turcs.

« Impression », « sensation » : la littérature de l’âge romantique utilise le vocabulaire esthétique de la peinture, même si l’écrivain a quelque jalousie à l’égard du peintre (Chateaubriand/Forbin). La formule : « Dis-moi comment tu regardes, je te dirai qui tu es » résume assez bien le propos du voyageur romantique. Il s’agit certes...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

Une rhétorique de la spontanéité : le cas de la promenade

En ouverture de son Voyage aux Pyrénées et en Corse, le jeune Flaubert affirme n'avoir aucune prétention littéraire : "[...] je ne tâcherai pas de faire du style ; si cela arrive, que ce soit à mon insu comme une métaphore qu'on emploie faute de savoir s'exprimer par le sens littéral." Alors même qu'il dénonce la manière de ses prédécesseurs, tout en remarquant qu'il lui faudra bien sacrifier à certains usages (comme l'emploi des mots pittoresque et admirable), le voyageur reprend l'un des stéréotypes les plus prégnants de la relation de voyage. Pour dire le monde...

Époque :
Localisation :
Date et heure :

En mer : disparition du monde, émergence du sujet lyrique

Plus que d'autres, certains motifs suscitent l'écart lyrique, au sein d'une écriture marquée par l'obsession de la référence. Peut-être est-ce lorsqu'il n'y a plus rien à voir que s'entend avec le plus de netteté un phrasé qui rompt le cours ordinaire de la relation de voyage. Il en va ainsi chez Chateaubriand qui constamment transforme le paysage en désert pour écrire les poèmes en prose qui hantent son oeuvre, de l'Essai sur les révolutions aux Mémoires. L'une de ces figures de l'infini retiendra plus particulièrement notre attention, parce qu'elle est au croisement...

Époque :
Localisation :
Date et heure :