Voyage historique et littéraire en Angleterre et en Écosse

Voyage historique et littéraire en Angleterre et en Écosse

Auteur: 

Destination: 

Forme: 

Contenu

Itinéraire: 

Calais - Douvres - Cantorbery - Rochester - London - comtés de Kent, de Middlesex et de Surrey - London (exc. ds les environs) [séjour à Londres] - comté de York - Sheffield - Doncaster - Hull - York - Durham - Newcastle - Cornhill - Kelso - Édimbourg - Borthwick - Galashiels - Melrose-Abbey - Jedburgh-Abbey - lac de Sainte-Marie - Dryburg-Abbey - Eildon-Hill - Roslyn - Édimbourg - Costorphine - plaine de Falkirk - Saint-Ninian - Stirling - Doune - Callander - lac Vennachar - Loch Lomond

Date: 

1822

Type: 

voyage artistique, historique et de mœurs, fait en bateau et en voiture

Esthétique: 

«Les voyageurs qui jusqu’à présent ont publié leurs observations sur la Grande-Bretagne, se sont plus occupés de ses constitutions, de ses lois, de son industrie, de son commerce, de l’aspect du sol, etc., que des poètes, des artistes et des écrivains en général. J’ai pensé que la littérature anglaise méritait d’être connue, comme servant à l’expression d’une époque remarquable par une alliance singulière de l’enthousiasme le plus vif pour les idéalités poétiques, et d’une ardeur non moins exaltée pour les calculs et les travaux qui dépendent de l’application des sciences physiques»(I/XIII-XIV, avant-propos). «La forme d’une correspondance donnée à cet ouvrage n’étant, à proprement parler, qu’une fiction, j’ai supprimé les formules ordinaires du style épistolaire, dont malheureusement je n’ai pas toujours évité les négligences. Mes correspondans suppléeront à ces formules, et me sauront gré d’y avoir substitué des épigraphes dont l’avantage est non seulement d’énoncer brièvement le sujet de chaque chapitre, mais encore de révéler ou de rappeler un ouvrage bon à lire. J’ai supposé aussi que la plupart de mes lecteurs connaissent les ouvrages de sir Walter Scott, et n’ai point craint de les renvoyer souvent à ses inimitables compositions. Quelques unes de mes lettres ont été abrégées, et d’autres retranchées. La plupart de celles-ci m’étaient peut-être trop personnelles; elles étaient d’ailleurs adressées à une amie que j’ai perdue depuis qu’elles ont été écrites, [...] Cette ami.... c’était ma mère, dont le souvenir se retrouvera encore dans quelques allusions indirectes de ces volumes»(I/XVII-XIX).

Références bibliographiques

Lieu: 

Paris

Année: 

1825

Editeur: 

Ladvocat et Charles Gosselin

Volume: 

3 vol.

Nombre d'exemplaires: 

XIX-487, 484, 522 pp.

Format: 

in-8

Annexes: 

front.