Route maritime des épices

Religion et sexualité sur la route maritime des épices du XVIe au XVIIIe siècle

Religion et sexualité sur la route maritime des épices
aux XVIe et XVIIe siècles

Suivant la route inaugurée par Vasco de Gama en 1498, qui franchit le Cap de Bonne Espérance pour rejoindre Calicut en Inde, appelée Carreira da India, ou Route maritime des épices, les voyageurs sont confrontés à la découverte d’un ensemble hétéroclite de lieux avec deux pôles majeurs, le pôle africain et le pôle indien :

« De l'art de coloniser dans le vide et par procuration (les émissaires de Flacourt à Bourbon) »

Les circonstances de la « prise de possession » de l'île Bourbon permet d'illustrer le concept de « colonie par diversion ». Entre l'utopie de la Gallia orientalis et la colonie par peuplement organisée sur la Grande Ile, la réalité de l'équipée lancée depuis Madagascar par Flacourt au XVIIe siècle, résulte d'une colonie pour ainsi dire « par défaut »… Nous étudierons ce processus original et ses ambiguïtés.

La relation de voyage sur la route maritime des épices au XVIIe siècle : lieux et non lieux de la narration viatique.

Le cadre de recherche dans lequel se situe mon propos est celui de l’étude des genres de la relation de voyage et plus particulièrement des voyages maritimes. Contrairement aux approches cartographique de madame Christine Bousquet-Labouërie, et d’histoire maritime et navale de l’amiral Prudhomme, mon propos sera aujourd’hui plutôt littéraire.

Pages

Souscrire à RSS - Route maritime des épices