Voyage et journal : Larbaud et Barnabooth

Norbert Dodille est professeur de littérature à l'Université de La Réunion et membre du Laboratoire de recherches sur les espaces créolophones et francophones (UMR du CNRS). Il travaille sur les thèmes de l'autobiographie et du journal intime, étudie la littérature réunionnaise et les littératures en contact.
Principaux ouvrages :
- Le texte autobiographique de Barbey d'Aurevilly. Correspondance et journaux intimes, Droz, 1987.
- En collaboration avec Gabriel Liiceanu et Marie-France Ionesco, Lectures de Ionesco, Paris, L'Harmattan, 1996, 112p.
- En collaboration avec Gabriel Liiceanu, Lectures de Cioran, Paris, L'Harmattan, 1997, 96p.
- Heliana a disparu. Roman, Stock, 1998.
À paraître :
- Le Journal de guerre d'Yvonne Blondel, texte établi par Norbert Dodille, préface de Norbert Dodille, L'Harmattan.

Il y a quelque chose de la fuite dans les voyages de Valery Larbaud et ses itinéraires ressemblent parfois à des égarements. Il fuit les obligations familiales qu'il aurait pu avoir, il fuit sa mère, mais il lui arrive cependant d'emmener celle-ci avec lui, ne serait-ce que pour mieux fuir une maîtresse. Le déplacement lui tient lieu d'identité, et c'est donc à un autre, Barnabooth, riche et voyageur, comme Larbaud lui-même, qu'il confiera son propre journal. Journal de voyage ou journal intime, c'est, en l'occurrence, tout un.

Chercheur: 

Session: 

9h30