Shen Fu, un lettré bohème de la fin du 18e siècle.

Né à Suzhou au Jiangsu dans une famille de petits fonctionnaires, il occupa des emplois subalternes, s'essaya au commerce, voyagea peut-être outre-mer. Il fut un bon peintre de fleurs et mourut après 1807. Ses écrits : Fusheng liuji (Six récits d'une vie fugitive), dont il nous reste quatre récits publiés en 1877, un mince volume en langue classique (éd. chinoise 1980). Il parle de ses expériences, sa curiosité, ses plaisirs, ses peines, sa femme, l'amour et l'amitié, son deuil, ses ennuis financiers et familiaux, ses réactions avec sa sensibilité et son caractère original Rien que des faits banals mais un livre remarquable sur les événements de la vie ordinaire et la complexité de la société chinoise traditionnelle. L'expression est juste, parfaite. Le ton est direct et sincère. "L'art d'être homme et de vivre".

Chercheur: 

Session: