Penser la frontière au XVIe siècle : retour sur le Journal de voyage de Montaigne

La conscience de l’espace est intimement liée à la pratique du voyage. Cette affirmation apparait en pleine lumière à qui passe du temps dans la bibliothèque viatique des siècles anciens mais aussi à qui fait l’expérience du voyage d’aujourd’hui. Les transports nourrissent, de nos jours, une conception discontinue de l’espace hypertrophiant les frontières. Cependant, pour Lamartine, Montaigne et d’autres personnages du XVIème siècle, le voyage par terre et par mer se déroule dans un continuum spatial ininterrompu, posant forcement dans d’autres termes la question frontalière.

Chercheur: 

Session: