Le voyage et la découverte de la Grèce « moderne » à l'aube des Lumières

Genre littéraire en évolution, difficile à déterminer, le « récit de voyage » évoque une expérience, une rencontre avec l’Autre, un voyage réel. Choisissant à étudier l’image de la Grèce « moderne » dans les récits des voyageurs français à l’aube des Lumières (1665 – 1750) on se place dans un champ lexical mal défini que suggère l’utilisation de la dénomination « Grèce » par la plume des voyageurs durant les XVIIe et XVIIIe siècles. Ce « pays grec » étant alors une des provinces de l’Empire Ottoman, trouve appui sur son héritage culturel.
Afin de pouvoir mieux cerner cette analyse, il est initialement indispensable de comprendre les raisons qui ont permis et cautionné autant de voyages vers le Levant. De sentir et de connaître l’époque de ces voyageurs, d’éprouver leurs sensations, de voir la réalité telle qu’ils l’ont vécue et dépeinte.
La partie orientale de la Méditerranée, en cette aube des Lumières, est la scène d’une multitude de bouleversements politico-économiques. La politique expansionniste de la France, son désir colonialiste, économique et spirituel légitiment et conditionnent les divers voyages vers l’Empire ottoman et en l’occurrence la Grèce. La France, en entretenant une bonne entente amicale et diplomatique avec la Porte, s’est vue attribuer les Capitulations, des conventions atypiques qui offrent au Roi des privilèges majeurs. Des militaires, des diplomates, des missionnaires, des érudits, des négociants quittent alors la France, volontairement ou après ordre officiel, afin de s’aventurer dans cet univers levantin inconnu, berceau de la civilisation occidentale, ou lieu exotique.
Outre cette expansion économique et politique française, l’un des principaux motifs qui conduit autant de voyageurs en Orient, est l’intérêt nouveau qui se manifeste pour la Grèce dès le XVIIe siècle. Cette attention résulte fondamentalement de la curiosité éprouvée pour l’Antiquité. L’érudition occidentale nourrie de la civilisation grecque, étoffée de fantasmes de la culture classique, espère la redécouverte du «pays grec». Un sentiment de curiosité habite l’esprit de nombreux voyageurs, comme le souligne Jacob Spon dans son Epître : « [...] c’est seulement l’amour de l’Antiquité qui m’a fait entreprendre le voyage d’Italie et de Grèce ».
Or les connaissances touchant à la réalité grecque sont plutôt réduites, parfois même arbitraires et l’aventure personnelle se mêle à l’observation scientifique et érudite. Le récit de voyage devient alors la somme des étonnements du voyageur, et « l’histoire des voyages; celle des enthousiasmes ».
Cependant nos récits de voyage, qu’ils soient des rapports spontanés ou encore le fruit d’études minutieuses, sont des textes hautement référentiels, dominés par une subjectivité attestée. Ecrits se rapportant au genre autobiographique, les relations viatiques sont la somme des mémoires personnelles et des impressions sélectives. Tenant alors compte cette subjectivité qui caractérise tout récit de voyage, on se concentre sur l’étude de l’image de la réalité grecque telle qu’elle a été contemplée par ces visiteurs français.
La Grèce, en constituant un nouveau pôle d’attraction pour les voyageurs et un sujet de curiosité pour le public français, devient la scène de multiples événements que nos relateurs ont voulu exposer. Leurs récits nettement ancrés dans la vocation référentielle puisent leur inspiration dans la réalité du monde qui les entoure, le réel de la vie du peuple grec. Respectant cette fonction de témoignage qui est la finalité première de toute littérature viatique, nos voyageurs entreprennent d’évoquer plusieurs aspects du quotidien grec : l’administration politique et l’économie, les us et coutumes, la religion, la langue. Ces renseignements, en dépit des réserves énoncées, représentent des sources utiles et appréciables pour toute recherche historique, sociologique ou autre.
Le « gouvernement » et la « police » de l’Empire suscitent un intérêt accru chez nos aventuriers qui exposent plusieurs détails les concernant. Les divers titulaires, agents et même hauts dignitaires de l’administration ottomane, ainsi que leurs fonctions, sont amplement présentés dans les récits des voyages.
Corrélativement à cette étude, les relateurs ont également porté leur regard sur les différents aspects de l’économie de l’Empire. Les principales villes portuaires de la Grèce et de l’Asie Mineure, telles Salonique, Smyrne ou les îles de la mer Egée, échelles de grande envergure, accueillent les vaisseaux de plusieurs nations. Les échanges commerciaux, en pleine effervescence, éclosent et gagnent une position dominante dans le négoce. Outre l’analyse du trafic marchand, les voyageurs français s’intéressent de près au système d’imposition de l’Empire. Les taxes et autres tributs exigés de la population autochtone ou les amendes imposées, constituent une source importante de revenus pour la Porte.
Les activités sociales sont abondamment évoquées. Le commerce et l’agriculture jouent un rôle primordial pour les autochtones. La broderie ou les métiers attachés à la fabrication sont sans doute présents dans toute l’étendue du territoire. Les Grecs, « naturellement marins » comme Guys le souligne, manifestent en outre un lien privilégié avec les professions de la mer : la pêche ou la navigation.
Un autre aspect touchant le réalité du peuple est le lien privilégié que la population grecque entretient avec l’Eglise, ses dignitaires et serviteurs. L’orthodoxie, placée sous l’égide du patriarche de Constantinople, est considérée comme un élément hautement unificateur, un symbole d’attachement et de fraternité qui détient une place exceptionnelle dans la société.
Le folklore dans la société grecque attire également le regard des voyageurs. « Les Grecs aiment toujours les fêtes », souligne Auguste Guys, en résumant ainsi la mentalité du peuple. Les occasions pour organiser des activités festives ne manquent pas. Les réjouissances, étant en général de longue durée, sont empreintes de la bonne humeur manifestée à travers des chants et des danses.
La langue grecque, sa pureté et son évolution sont aussi des questions abordées par nos rapporteurs. Des jugements et des commentaires concernant la prononciation et la grammaire, bien que souvent arbitraires ou sévères, ornent leurs récits. Il est néanmoins certain que le grec vulgaire, malgré les corruptions et influences variées qu’il a subies pendant tant de siècles d’occupation et malgré les différences de prononciation qu’il a connues, a su séduire ce monde voyageur.
Un point commun semble pourtant caractériser tous les commentaires et rapports de cette époque. La Grèce « moderne » telle qu’elle est dépeinte ne reflète pas son passé glorieux et tant admiré.
Après avoir examiné ces différents aspects du quotidien des autochtones dans les récits des voyageurs français, on conclue en affirmant l’existence d’une Grèce « moderne » où la « culture grecque » est sans aucun doute dominante. De même plusieurs remarques portent la preuve de l’existence embryogénique d’une « identité culturelle » grecque qui est en train de se former et de consolider dans l’esprit du peuple grec. Un sentiment d’appartenance et d’unité qui trouvera son apogée durant la révolution grecque de 1821.

BIBLIOGRAPHIE
I. RECITS DE VOYAGE
1) Manuscrits

Fourmont (Claude-Louis) : Voyage fait en Grèce par les Ordres du Roy et sous les auspices de Mgr. Le Comte de Maurepas, par les abbés Etienne et Claude - Louis Fourmont (1728-1730) BnF, ms. n.a.fr. 1892, - Dessins plans et cartes lavés, d’autres dessins, BnF, ms. fr. 22878, XVIIIe siècle, 463 feuillets.

Fourmont (Michel) : Recueil de pièces relatives à la mission des Abbés Sévin et Fourmont en Orient (1728-1730), Correspondance, mémoires, instructions, catalogues de manuscrits grecs et orientaux acquis pour la Bibliothèque du Roi - Projet de voyage en Orient des Bénédictins - Lettres de M. de Bonnac, du marquis de Villeneuve, de Zaïd-Aga, Péleran (d’Alep), XVIIIe siècle, 296 feuillets, montés in-folio, BnF, n.a.fr. 5384.

2) Imprimés

Arvieux (Laurent d’) : Mémoires du Chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy à la Porte, consul d’Alpe, d’Alger, de Tripoli et autres échelles du Levant, contenant ses voyages à Constantinople, dans l’Asie, la Syrie, La Palestine, l’Egypte et la Barbarie, la description de ces pays, les religions, les mœurs, les coutumes, les négoces de ces peuples et leurs gouvernements, l’histoire naturelle et les événements les plus considérables, recueillis de ses mémoires originaux, et mis en ordre avec des réflexions par R.P. Jean Baptiste Labat, Paris, 1731

Babin (le P. Jacques - Paul) : Relation de l’état présent de la ville d’Athènes ancienne capitale de la Grèce, bâtie depuis 3400 ans, avec un abrégé de son histoire et de ses antiquités (par le P. Babin, Préface de J. Spon), Lyon, Louis Pascal, 1674, in-12, VIII-76p. et pl.

Bonnac (Jean Louis d’Usson, marquis de) : Mémoire historique sur l’Ambassade de France à Constantinople par le Marquis de Bonnac publié avec un précis de ses négotiations à la Porte Ottomane par M. Charles Schefer, Paris, E. Leroux, 1894, in-8, LXXVIII-287p. et pl.

Brue (Benjamin) : Journal de la Campagne que le Grand Visir Ali Pacha a faite en 1715 pour la conquête de la Morée, par Benjamin Brue (interprète du roi près de la Porte Ottomane), Paris, Ernest Thorin, in-8, IV-107p., 1870.

Chardin (Jean) : Journal du voyage du Chevalier Chardin en Perse, et autres lieux de l’Orient…, Amsterdam, J. L. de Lorme, 1711, 3 vol., in-4, pl. – première édition complète .

Croix (Pétis de la) : Etat présent des nations et Eglises Grecque, Arménienne, Maronite en Turquie par le Sieur de la Croix, Paris, Pierre Hérissant, in-12, 1695.

De Dreux (Robert, Père - capucin) : Voyage en Turquie et en Grèce du R.P. Robert de Dreux, aumônier de l’ambassadeur de France (1665-1669), publié et annoté par Hubert Pernot…, Paris, les belles lettres, 1925, in-8, XI-202p.
Des Barres (Antoine) : L’estat present de l’Archipel (par Antoine des Barres), Paris Claude Barbin, 1678, 2 parties [ii] et 218 et 206p. portrait, 1678, Cologne, F. Dubois, 3 parties en 2 vol., in-12.

Du Mont (Jean) : Voyages en France, en Italie, en Allemagne, à Malte et en Turquie, contenant les recherches et observations curieuses qu’il a faites en tous ces païs tant sur les Mœurs, les coutumes des Peuples, leurs différents Gouvernements et leurs Religions ; que sur l’histoire Ancienne et Moderne, la philosophie et les monuments Antiques, La Haye, chez Etienne Foulqué et François l’honoré, 1699.

Ferriol (Charles de): Correspondance du marquis de Ferriol, ambassadeur de Louis XIV à Constantinople, par M Emile Varenbergh Anvers, 1870, publication de l’Académie d’Archéologie de Belgique.

Galland (Antoine) : Journal d’Antoine Galland pendant son séjour à Constantinople (1672-73), publié et annoté par Charles Schefer, Paris, E. Leroux, 1881, 2 vol. , gr., in-8.

Giraud (Jean) : Relation des antiquités d’Athènes dans l’état qui se trouve à présent, 1675.- Relation de l’Attique et une dissertation de tous les lieux maritimes autour du golfe de Lépante, Morée, golfe d’Egiena et canal de Negrepont, 1674.

Grelot (Guillaume – Joseph) : Relation nouvelle d’un voyage de Constantinople, enrichie de plans levez par l’auteur sur les lieux, et des figures de tout ce qu’il y a de plus remarquable dans cette ville Présenté au Roy, Paris, Rocolet, chez la Veuve de Damien Foucault, in-4, pièces limin., fig., pl., et plans gravés, 1680, [XI] et 306p.

Guys (Pierre Augustin) : Voyage littéraire de la Grèce ou lettres sur les Grecs anciens et modernes, avec un parallèle de leurs mœurs par M. Guys, Paris, Vve Duchesne, 1771, 2 vol., in-12.

Jehannot (Guillaume) : Voyage de Constantinople pour le rachat des captifs, par le P. Jehannot, Paris, Veuve Delormel et René Jossé, 1732.

La Motraye (Aubry de) : Voyage en Europe, Asie et Afrique, où on trouve une grande variété de recherches géographiques, historiques et politiques sur la Turquie, La Tartarie, la Circassie, la Laponie etc.(ouvrage enrichi d’un grand nombre de cartes, plans et figures en taille-douce), La Haye, Johnson et J. von Duren, 1727, in-fol.

Le Brun (Corneille) : Voyage au Levant, c’est-à-dire dans les principaux endroits de l’Asie Mineure, dans les isles de Chio, de Rhodes, de Chypre, etc., …de même que dans les plus considérables villes d’Egypte, de Syrie et de la Terre Sainte … par Corneille Le Brun, traduit du Flamand Delft, H. de Kroonevelt, 1700, in-fol., VI-414p. portr. Et pl.

Lucas (Paul) : Voyage du Sieur Paul Lucas au Levant… (publié par Charles – César Baudelot de Dairval), Paris, G. Vandine,, 1704, 2 vol., in-8, pl. et cartes.- La Haye, chez Guillaume de Voys, 1705 (2 tomes) 2 vol. in I (XXII) et 231 et 265p.
- Deuxième voyage du Sieur Paul Lucas dans le Levant, octobre 1704-septembre 1708 / Société Française d'Etude du XVIIIe Siècle ; présenté par Henri Duranton publication de l’université de Saint-Étienne, 2002, Lire le Dix-huitième Siècle.
- Troisième voyage du Sieur Paul Lucas dans le Levant, mai 1714-novembre 1717 / Société Française d'Etude du XVIIIe Siècle ; présenté par Henri Duranton, publication de l’université de Saint-Étienne, 2004, Lire le Dix-huitième Siècle.

Nointel (Charles – François Ollier, Marquis de) : Relation de la visite du marquis de Nointel à la grotte d’Antiparos (1673) par Henri Omont, Paris, E. Leroux, 1893, in-8, 33p., pl.

- L’odyssée d’un ambassadeur : Les voyages du Marquis de Nointel (1670-1680). Par Albert Vandal, Paris, Plon, 1900, XII et 355p. 4 planches.

Richard (Père François) : Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable à Saint-Erini, isle de l’Archipel, depuis l’établissement des Pères de la Compagnie de Jésus en icelle, avec la déclaration de plusieurs choses mémorables touchant le rit et la créance de Grecs de ce temps et touchant les feux souterrains qui sortirent du fond de la mer l’an 1650, avec plusieurs prodiges. Par le P.R. François Richard missionnaire de la Compagnie de Jésus, Paris, S. Cramoisy, 1657, in-12, pièces limin., 428p., carte.

Spon (Jacob) : Voyage de l’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1676, par Jacob Spon et George Wheler, Lyon, A Cellier fils, 1678, 3 vol. in-12, fig. pl. cartes, plans, portraits XXII et 405, 417, 226p.-1724, La Haye, R. Alberts, 2 vol., in-12.
Tollot (Jean Baptiste) : Nouveau voyage fait au Levant ès années 1731 et 1732, contenant des descriptions d’Alger, Tunis Tripoly de Barbarie, Alexandrie en Egypte, Terre-Sainte, Constantinople… Par le Sieur Tollot, à Paris chez André Cailleau, 1742, in-12 VI-354p. et 3ff.

Tournefort (Joseph – Pitton) : Relation d’un voyage au Levant fait par ordre du Roy, contenant, l’histoire ancienne et moderne de plusieurs isles de l’Archipel, de Constantinople, des côtes de la Mer Noire, de l’Arménie, de la Géorgie, des frontières de Perse et de l’Asie Mineure, avec les plans des villes… enrichie de descriptions…de plantes rares… et de plusieurs observations touchant l’histoire naturelle, par M. Pitton de Tournefort, Paris, Imprimerie Royale, 1717.

Vandal (Albert) : Une ambassade française en Orient sous Louis XV : la mission du marquis de Villeneuve, 1728-1741, par Albert Vandal, Paris 1887.

Collections

Histoire de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, de l’Imprimérie Royale, M. DCCXXXIII (1733).

1)Relation abrégée d’un voyage littéraire que M. l’Abbé Fourmont a fait dans le Levant par ordre du Roy, dans les années 1729-1730, tome VII, p. 344-358.

2) Relation abrégée d’un voyage littéraire que l’Abbé Sévin a fait dans le Levant par ordre du Roy, dans les années 1729-1730, tome VII, p. 334-343.

Nouveaux mémoires des mission de la Compagnie de Jésus dans le Levant, Paris, Chez Nicolas Le Clerc, 1717.

1) « Lettre [du P. Tarillon] à Monseigneur le comte de Pontchartrain, secrétaire d’Etat, sur l’état présent des missions des pères jésuites dans la Grèce », tome I, 1717, qui contient :
- La mission de Thessalonique.
- La mission de Scio.

Nouveaux mémoires des mission de la Compagnie de Jésus dans le Levant, Paris, chez H.L. Guerin et L.F. Delatour, 1760.

1) « Description de la ville de Salonique, par le P. Jean-Baptiste Souciet, de la Compagnie de Jésus, missionnaire au Levant », tome IX, 1760, p. 256-320.

2) Relation de l’Etablissement et des progrès de la mission de Thessalonique, extraite des mémoires du P. Braconnier, par le P. Souciet, tome IX, 1760, p.321-410.

ŒUVRES GENERALES

Baudelot de Dairval : De l’utilité des voyages, et de l’Avantage que la recherche des Antiquités procure aux savants, Paris, 1686.

Dodwell (Edward) : A classical and topographical tour through Greece, during the years 1801,1805 and 1806, London, 1819.

La Borde L.E. : Athènes aux XV, XVI, XVII siècles, Paris, 1854.-Documents inédits ou peu connus sur l’histoire et les antiquités d’Athènes tirés des archives de l’Italie, de la France, de l’Allemagne etc par le comte de Laborde, Paris, 1854.

Andréadès St. : « L’administration financière de la Grèce sous la domination turque », dans Revue des Études Grecques, Paris, mars - juin 1910, t. XXIII, n° 102, p..1-53.

Asdrachas (Spyros) : Thessalonica of the 18th century, Before and after; The voice of images, Athens, 1996.

Bailly (André) : Défricheurs d’inconnu: Peiresc, Tournefort, Adanson, Saporta, Aix-en –Province, Edisud, 1990 (Tournefort, p..59-126).

Basch (Sophie) : « Henri Clouard contre Louis Bertrand, la Poétique des ruines revisitée, ou le double procès du philhellénisme et de l’archéologie », dans Miroirs de Textes, Récits de voyage et intertextualité, publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de Nice, Nouvelle série N°49, Noce, 1998, p.357-375.

Bertrand (Louis) : La fin du classicisme et le retour à l’antiquité, Stalkine, Genève, 1968.

Billioud (Jean) : « Capitulations et histoire du commerce ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1955, p. 312-315.

Broc (Numa) : La géographie des philosophes, géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, Association des Publications près les Universités de Strasbourg, Fondation Baulig, Ophrys, Paris, 1975.

Byzance retrouvée. Érudits et voyageurs français (XVIe-XVIIIe siècles). Paris, Centre d’Études byzantines, néo-helléniques et sud-européennes EHESS, Publications de la Sorbonne, Byzantina Sorboniensa, 2001 Catalogue de l’exposition de la Sorbonne, août-septembre 2001 sous la direction de Marie-France Auzépy et Jean-Pierre Grélois. De Guillaume Budé à Choiseul- Gouffier].

Coles (Paul) : The ottoman impact of Europe, London, 1968.

Collignon (Maxime) : «Le consul Jean Giraud et sa relation de l’Attique au XVIIe siècle», dans Mémoires de l’Institut National de France – Académie des Inscriptions et Belles Lettres, tome 39, 1914, p..373-425.

Colodny (Emile) : La population des îles de la Grèce, Essai de géographie insulaire en Méditerranée orientale, Aix-en-Province, Edisud, 1974, 2 tomes.

Courcelles (Dominique de éd.), Littérature et exotisme XVIe-XVIIIe siècle, Paris, École des Chartes, 1997, 80 p. [Diffusion : Champion et Droz. Quatre conférences de Frank Lestringant - de Rabelais à Léry -, de Laura Alcoba - Viaje de Turquía d’Andrès Laguna, vers 1557 - ; de Michèle Longino - le Cid de Corneille et l’Orient - et de Barbara Vinken - Rousseau et l’espace du sérail].
Cruysse (Dirk Van der) : Chardin le Persan, Paris, Fayard, 1998.

Dimaras (Constantinos Th.) « Rapport sur l’évolution des idées du XVIe au XIXe siècles dans le domaine culturel grec et sur les doctrines qui l’ont enregistrée» dans La Grèce au temps des Lumières, Genève, Droz, 1696, p..10-18.
_La Grèce au temps des Lumières_, Genève, Droz, 1696

Droulia (Loukia) et Mentzou (Vasso) éd: Vers l’Orient par la Grèce avec Nerval et d’autres voyageurs, Paris, Klincksieck, 1992.

Droulia (Loukia) : « La révolution française et l’image de la Grèce : de l’hellénisme au philhellénisme » dans La révolution française et l’hellénisme moderne, Actes du IIIe Colloque d’Histoire (Athènes 14-17 octobre 1987), Centre de recherches néo-helléniques, Athènes, 1989.

Duparc (Pierre) : Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France, depuis les traités de Westphalie jusqu’à la révolution française, XXIX, Turquie, Paris, 1969.

Empiricos (Alexandros) La Renaissance crétoise, XVIe et XVIIe siècles, tome I, Littérature, Paris, 1960.
- Vie et institutions du peuple grec sous la domination ottomane, La pensée universelle, 1975.

Guillemain (Jean) : « Succès et déclin de la ‘science des médailles’ à Lyon, à la fin du XVIIIe siècle » Jacob Spon : un humaniste Lyonnais du XVIIe siècle, [exposition, Lyon, 20 octobre-8 décembre 1993] / [organisée par la Gypsothèque de l'Université Lumière Lyon 2] ; textes réunis sous la direction de Roland Étienne et de Jean-Claude Mossière, 1993.

Hitzel (Frédéric) : L’Empire ottoman XVe-XVIIIe siècles, Les Belles Lettres, 2001.

Iorga N. : Les voyageurs français dans l’Orient européen, Conférences faites à la Sorbonne, extraits de la Revue des cours et conférences, Paris, 1928.

Jacob Spon, un humaniste Lyonnais du XVIIème siècle, textes réunis sous la direction de Roland Etienne et de Jean Claude Mossière, Université Lumière Lyon II, 1993.

Jourdain (Abbé) : La bibliothèque du Roi au début du règne de Louis XV (1715-1736) Journal de l’Abbé Jourdain, Paris, 1893.

Käfer (Markus) : « Jacob Spon et Bernard de Montfaucon : de la conception de l’art chez les « antiquaires » et la critique du comte Caylus », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, déc. 1983, (Lettres d’Humanité, XLII).

Kolodny (Emile) : «Tournefort : un voyageur provençal dans l’Archipel au début de XVIIIe siècle», dans XIVe Colloque International des Neo-Hellénistes Francophones, Actes, 1995, Rennes, Université de Haute Bretagne.

Kyriakides (Stilpon P.) : Tow studies on modern greek folklore, Institute for Balkan Studies, Thessaloniki, 1968.

Lestringant (Franc) : « L’herbier des îles, ou le ‘Voyage du Levant’ de Joseph Pitton de Tournefort (1717) » dans Littérales : Les modèles du récit de voyage, n°7, 1990, p.51-67.

Mantran (Robert dir.) : Histoire de l’Empire ottoman, Paris, 1998.
- « Règlements fiscaux ottomans : La police des marchés de Stamboul au début du XVIe siècle » dans Les Cahiers de Tunise, n°14, publié par l’Institut des Hautes Etudes de Tunis, 1956, p.213-243.
- Istanbul dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Essai d’histoire institutionnelle, économique et sociale, Paris, 1962.
- L’Empire ottomane du XVI au XVIIIe siècle. Administration, Economie, Société. Londres, 1984.

Masson (Paul) : Histoire du commerce français dans le Levant au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1911, réimpr. New York, Burt Franklin, 1967.

Matton (R.) : «Les voyageurs français dans l’Archipel au XVII et au XVIII siècles», L’Hellénisme Contemporain, pér. B, t.A, p. 66-75.

Matuz (Joseph) : «A propos de la validité des Capitulation de 1536 entre l’Empire ottoman et la France» Turcica, 1992, p. 183-192.

Michou (Vassiliki) : “Récit de voyage “à la première personne” dans Essays in French Literature, n° 42, July 2005.

Miroirs de l’Altérité et voyages au Proche-Orient, Colloque international de l’Institut d’Histoire et de Civilisation françaises de l’Université de Haïfa, 1987, sous la direction de Ilana Zinguer, Slatkine, Genève, 1991.

Miroirs de Textes, Récits de voyage et intertextualité, Etudes réunies et présentées par Sophie Linon-Chipon, Véronique Magri-Mourgues et Sarga Moussa, Publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de Nice, Nouvelle série N°49, Nice, 1998.

Moureau (François) : « Voyages manuscrits de l’Age classique : Nointel, Cylus, Fourmont, ou le Retour aux sources », dans Vers l’Orient par la Grèce, textes recueillis par Loukia Droulia et Vasso Mentzou, Klinckieck, 1993.

Nicolaïdis (Dimitris) : D’une Grèce à l’Autre: Représentation des Grecs modernes par la France révolutionnaire, Paris, 1992.

Omont (Henri - Auguste) : «Athènes au XVIIe siècle: relation du P. Robert de Dreux, Lettres de Jacob Spon et du P. Babin (1669-1680)», dans Revue des Etudes grecques, publiée par l’association pour l’encouragement des études grecques, tome XIV, Paris, 1901, p.270-294.
- Bulletin de Géographie historique et descriptive, 94, 1892, Paris, 1893.
- Missions archéologiques françaises en Orient, documents publiés par H. Omont, Paris, 1902.

Panzac (Daniel) : « Les échanges maritimes dans l’empire ottoman au XVIIIe siècle », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, publié avec le concours du CNRS et des universités d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence, 39, 1er semestre, 1985, p. 176-188.

Prévélakis (Georges) : Géopolitique de la Grèce, Complexe, 1997.

Psaras (Mad.), Zaïmova (Raïa) éd., Krakovitch (Odile) : Consulats en France, en Grèce et en Turquie : Correspondance des Consuls d’Athènes et de Nègrepont 1684-1791, Affaires étrangères BI 173, 174 et 908. Mémoires et documents de Grèce et de Turquie 1740-1870, Affaires étrangères BII 412 à 415, Inventaires analytiques, Paris, 1985.

Rey (Francis) : De la protection diplomatique et consulaire dans les échelles du Levant et de Barbarie, Paris, 1899.

Robert (Raymonde) : « Le Comte de Caylus et l’Orient : La littérature aux prise avec le même et l’autre », Transactions of the Fourth International Congres on the Enlightenment, Théodore Besterman éd., Oxford, Voltaire Foundation, 1976, vol. 4, p. 1825-1853.

Rochette (Raoul) : Lettres sur l’authenticité des inscriptions de Fourmont, Paris, 1819.

Schazmann (Paul –Emile) : « Le récit de voyage du comte Caylus au Levant », Gazette des Beaux Arts, 1938, vol.2, p..111-126 et 309-322.

Spuler (Bertold) : « La diplomatie européenne à la Sublime Porte au 17e et 18e siècles », Revue des études islamiques, 1971, p. 3-28.

Stoneman (Richard) : Land of lost Gods. The search for classical Greece, Presse de l’université d’Oklahoma, 1987.

Svoronos (Nicolas) : Le commerce de Salonique au XVIIIe siècle, Paris, 1956.

Tolias (Georges) : La médaille et la rouille : l’image de la Grèce moderne dans la presse littéraire parisienne (1794-1815), Hatier, 1997.

Tonnet (Henri) : Histoire du grec moderne, Langues, INALCO, Poches, 2003.

Van der Cruysse (Dirk) : Chardin le Persan, Paris, Fayard, 1998.

Vandal (Albert) : « Molière et le cérémonial turc à la cour de Louis XIV », Revue d’histoire diplomatique, 1888, p.367-385.
- Une ambassade française en Orient sous Louis XV : la mission du marquis de Villeneuve, 1728 - 1741, par Albert Vandal, Paris, librairie Plon, 1887.

Weissmann (Nahoum) : Les Janissaires : Etude de l’Organisation militaire des Ottomans, Paris, 1938.

Yemeniz (E.) : «De la Renaissance Littéraire en Grèce - Les poètes Zalokostas et Orphanidis», dans Revue des deux mondes, tome 27, Paris, 1860, p. 212-242.

Yerasimos (Stéphanos) : « Grelot, Guillaume - Joseph », Istanbul ansiklopedisi, 3, Istanbul, 1994, p. 423-424.

Session: 

Chercheur: 

07 mars