Le Docteur Louis Rollin face aux mœurs des Marquises : du corporel au culturel

Mœurs et coutumes des anciens maoris des ÎIes Marquises, publié en 1974 à titre posthume a été rédigé dans les années 1930 par le Dr Louis Rollin, médecin militaire et Administrateur aux ÎIes Marquises. C'est un ouvrage intéressant dans la mesure où il ne s'inscrit pas dans une réelle tradition littéraire. Ce n'est pas un récit de voyage pas plus qu'un ouvrage d'ethnographie moderne. Il représente assez bien la vision coloniale des années Trente dans ce qu'elle se veut universelle et bienfaisante.
Mais le discours est loin d'être sans intérêt car il repose sur une vision très influencée par la formation médicale et scientifique de l'auteur. C'est d'abord au corps de l'indigène qu'il s'intéresse et cette description précise des maladies, de l'alimentation, des gestes et des parures du marquisan fait du texte un objet étonnant même s'il est littérairement assez pauvre. Eloigné de toute vision moralisante, l'auteur donne plutôt à voir un monde dont il craint la disparition pour des raisons démographiques. Amoureux à l'évidence de ce pays, il en montre pourtant une image très éloignée des visions paradisiaques transmises depuis Bougainville jusqu'à Margaret Mead. Sur le corps de l'indigène, c'est l'histoire de sa société qu'il inscrit : en décrivant le spectre des mœurs marquisanes, du tatouage aux divers rites guerriers, Rollin cherche à en retranscrire la cohérence.
Cependant, le texte a ses limites car il perçoit à peine les Marquises comme une civilisation vivante, en cours d'évolution ; il fige cette société dans son passé précolonial. On peut donc dégager ici un certain type d'écriture exotique, celle qui sous une forme neutre et scientifique fait de l'indigène un signe, de son corps un symptôme, de sa civilisation une trace des origines de l'homme mais ignore le travail du temps dans sa culture.

Chercheur: 

Session: