La représentation des Antilles au XVIIe siècle dans la correspondance des missionnaires

Par comparaison avec les grandes "Relations" de Bouton, Pelleprat, Breton ou Dutertre, la correspondance envoyée par les missionnaires aux Antilles à leurs supérieurs français se présente comme un compte rendu naïf et méticuleux rédigé sur le vif de la découverte et de l'action sur le terrain. À la lecture, toutefois, cette correspondance ne se révèle ni naïve, ni spontanée, enracinée qu'elle est dans une double perspective temporelle: le passé mythique qui colore la vision d'images portées par la culture (le paradis, la terre promise, la vigne du Seigneur...), et l'avenir qu'on projette de construire sur les échecs du présent. Mon exposé s'appuiera principalement sur deux lettres de missionnaires rédigées à vingt ans d'intervalle: celle du dominicain Pierre Pélican, qui débarque à la Guadeloupe le 26 juin 1635, pour y établir la première mission de son Ordre; et celle du jésuite Denys Mesland, datée du 23 septembre 1654 et écrite à Santa Fe de Bogota où il veut "instruire à la foi" les Sauvages de la Terre Ferme.

Chercheur: 

Session: