La Mémoire du Volcan. Essai d'interprétation sur les amants de Tritriva

Les données géologiques et archéologiques confirment qu'à Madagascar, l'homme (dont les premières apparitions datent au maximum du VIe siècle de notre ère) n'a connu les volcans (de l'ère tertiaire pour la plupart) que sous leur forme résiduelle de lacs. Or, les traditions orales sur le lac Tritriva - un ancien volcan de la région du Vakinankaratra - en décrivent avec précisions les spectaculaires éruptions.
Tantara ny Andriana du Révérend Père CALLET consacre un chapitre entier à la légende de ces amants qui se jetèrent dans les eaux sans fond du lac Tritriva, leurs parents s'opposant à leur union. L'intérêt de ce récit est double. D'une part, l'intrigue comprend deux séquences. La première décrit les transformations du paysage environnant le cratère une fois que les flots engloutirent les malheureux amants. La seconde relate les vives réactions de leur entourage à l'annonce de leur mort (les parents, les villageois et les souverains à qui les faits furent rapportés). D'autre part, le récit juxtapose sept versions de cette intrigue de base. Au fil de celles-ci, le temps de l'histoire renvoie à des périodes historiques différentes, la description du paysage volcanique et les relations entre les acteurs sociaux subissent des modifications significatives et les procédés narratifs modifient le statut même du récit.
Quels gauchissements le paysage volcanique subit-il dans ces récits dont les narrateurs n'ont pu être témoins que l'ultime avatar (un lac) ? Quels sont les enjeux symboliques de l'imaginaire du volcan lorsque les forces de ce phénomène ne s'en manifestent pas dans l'instant (éruptions) mais dans la durée (forme résiduelle de lac) ?

Chercheur: 

Session: